L’évolution des techniques apicoles

1545
Partager :

L’abeille fait partie des insectes qui existaient déjà de cela plusieurs millions d’année. Cette longue durée de vie et cette pérennité témoignent de la rare qualité de résistance et d’adaptation de cette espèce aux conditions sans cesse changeantes de son environnement. La récolte ainsi que la consommation humaine du miel voient ses débuts à l’époque préhistorique. Ce qui laisse entrevoir une grande évolution dans les techniques utilisées pour la cueillette du miel depuis ces temps anciens et longtemps après l’élevage des abeilles dite l’apiculture.

L’apiculture dite « fixiste »

technique apicoleC’est une technique apicole des temps anciens. Cependant, on peut encore retrouver ce genre de pratique dans certains pays d’Afrique et d’Asie. La technique consiste à capturer un essaim sauvage et à mettre les insectes à l’intérieur d’un panier, d’un tronc d’arbre ou encore d’une caisse. La méthode est ensuite de laisser faire les abeilles dans leur mode de construction de leurs rayons à partir de leur propre initiative et selon leurs idées comme si elles étaient dans la nature sans l’empreinte de l’homme. Les abeilles liaient alors leurs gâteaux de cire sans aucune symétrie précise ni aucune possibilité de manipulation humaine. Le résultat est que l’homme devra procéder à la destruction de l’habitat de cire pour pouvoir récolter le miel entassé par la colonie. Ce pillage pur et simple ne sera toutefois pas toléré par les insectes, ce qui conduira à une décimation de la colonie entière en les asphyxiant ou voire en ayant recours au feu. En revanche, les rayons seront collectés pour le prochain élevage.

A lire en complément : Ce qu’il faut savoir sur la cigarette électronique

L’apiculture dite « mobiliste »

La technique en matière apicole a énormément évolué. La technique apicole fixiste a été abandonnée par la plupart des apiculteurs à cause de la violence perpétrée sur la population des abeilles. Jugée plus méthodique et plus rationnelle tout en étant sans violence à l’égard des insectes, la technique mobiliste est plus moderne et plus courante aujourd’hui en apiculture. Contrairement à la technique à l’ancienne qui nécessitait un ravage cruel des « ruches » à chaque opération, celle dite mobiliste privilégie l’usage des cadres mobiles. Interchangeables et retirables à volonté des habitats, ces cadres permettent à l’apiculteur moderne de maîtriser le développement de sa colonie et d’en prendre soin en toute saison.

L’apiculture dite « pastorale » ou la transhumance

transhumanceCette technique consiste à transporter la ruche dans un tout autre endroit sur une longue distance de plusieurs kilomètres. La transhumance aura pour but de permettre aux abeilles butineuses de continuer leur travail même après une miellée principale. Comme rares sont les régions qui font plusieurs récoltes à la suite, les apiculteurs se trouvent obligés de chercher d’autres lieux pour permettre à leurs abeilles de butiner du pollen et continuer de fabriquer du miel. Le rendement sera ainsi plus important et les insectes toujours en activité.

A lire aussi : CBD comprimés : 5 choses que vous ne saviez pas

Vous pourrez également une histoire de l’apiculture en France sur ce site.

L’apiculture moderne et l’utilisation de nouvelles technologies

L’apiculture moderne est un domaine en constante évolution qui bénéficie de l’utilisation des nouvelles technologies. Les apiculteurs ont la possibilité d’utiliser différents types d’appareils pour surveiller leur ruche et suivre l’activité de leurs abeilles à distance.

Parmi les nouveaux outils utilisés par les apiculteurs, on trouve notamment les capteurs connectés aux ruchers, permettant une surveillance continue de l’état du cheptel. Ces capteurs peuvent mesurer la température, le taux d’humidité ou encore le poids des ruches et ainsi détecter toute anomalie au sein de la colonie. En cas de problème, une alerte est envoyée directement sur le téléphone mobile du propriétaire.

Les drones sont aussi utilisés dans certains pays pour aider les apiculteurs à localiser rapidement les lieux où se trouvent leurs colonies d’abeilles afin qu’ils puissent effectuer plus facilement leur travail sans avoir besoin de parcourir une grande distance à pied. Ces petits engins volants peuvent filmer en haute définition afin que l’apiculteur puisse voir facilement depuis son écran si tout va bien dans sa colonie.

Il existe aussi des logiciels dédiés aux professionnels qui permettent, entre autres choses, d’enregistrer toutes les sorties et les rentrées des abeilles dans leur ruche avec une précision impressionnante grâce à la reconnaissance faciale ! Cette technique révolutionnaire aide considérablement les apiculteurs à moderniser leur méthode de travail et à améliorer significativement leur rendement.

Malgré ces avancées technologiques toujours plus nombreuses, il faut bien noter que l’environnement reste le facteur clé de la réussite d’une ruche. Les apiculteurs modernisent progressivement leur technique, mais cela ne doit pas faire oublier l’importance du respect des conditions naturelles pour un élevage sain et durable.

Si les nouvelles technologies permettent aux apiculteurs de mieux surveiller leurs abeilles et ainsi améliorer leur production, elles n’ont pas encore complètement remplacé l’expérience et le savoir-faire des professionnels en matière d’apiculture.

Les enjeux environnementaux et la pratique de l’apiculture écologique

L’apiculture est une activité qui ne peut être dissociée de l’environnement dans lequel elle se pratique. Effectivement, les abeilles sont des insectes pollinisateurs indispensables à la survie de nombreuses espèces végétales et animales. Leur population est en danger. Les raisons sont multiples : changement climatique, perte d’habitats naturels, utilisation massive de pesticides…

Face à ce constat alarmant, certains apiculteurs ont décidé d’opter pour une pratique plus respectueuse de l’environnement : l’apiculture écologique ou biologique. Cette méthode repose sur le respect du cycle naturel de la ruche et des conditions environnementales locales.

Les pratiques écologiques consistent notamment à éviter tout traitement chimique au sein des ruchers (pesticides, antibiotiques) afin que les abeilles puissent vivre dans un environnement sain. L’utilisation des cires naturelles non traitées préserve aussi la qualité du miel récolté.

Les apiculteurs éco-responsables favorisent le développement d’une flore locale diversifiée grâce à une gestion raisonnée du territoire autour des ruchers (choix judicieux des cultures agricoles alentour). Ils peuvent aussi encourager la plantation d’essences mellifères attractives pour aider leurs colonies à trouver suffisamment de nectar et faire face aux changements climatiques.

La création d’un réseau coopératif entre apiculteurs locaux a aussi été initiée par certains professionnels pour permettre de partager leurs expériences et connaissances sur cette méthode plus respectueuse de l’environnement.

L’apiculture écologique reste un défi à grande échelle. La production est souvent réduite par rapport aux méthodes conventionnelles qui ont recours aux traitements chimiques et la perte d’une ruche peut avoir des conséquences désastreuses sur le plan économique pour les petits producteurs.

Partager :