Qu’est-ce que le Hentai manga ? La nouvelle fureur venue du Japon !

506
Partager :

Qui ne connaît pas le manga, la bande-dessinée version japonaise, cette pratique qui a traversé les océans pour conquérir l’Europe (comme le reste du monde) ? Le Hentai manga, c’est la même chose, mais en version pornographique. Et puis, il y a tous les sous-genres : le Yaoi pour les gays, le Yuri pour les lesbiennes… avec quelques 70 000 visites par jour sur certains sites dédiés – et ce, rien qu’en France ! – on peut dire que ce genre plaît, et même qu’il plaît beaucoup. Petite étude d’un phénomène.

Les origines du Hentai manga

Il faut savoir une chose : dans ce type d’ouvrage, on trouve généralement une histoire construite et bien scénarisée. C’est en fait un manga dans lequel on a rajouté du sexe, tout simplement. A un moment donné, une fille se retrouve complètement dénudée dans un endroit étrange, puis un monstre apparaît, doté d’une érection phénoménale, et entame avec elle une relation sexuelle profonde et intense.

A lire en complément : Les meilleurs logiciels RH

Le grand classique du Hentai manga, c’est le monstre à tentacules. Il est particulièrement efficace, puisqu’il peut pénétrer la fille à plusieurs endroits simultanément. Or, saviez-vous que le premier dessin d’une femme se faisant prendre par un animal tentaculaire remontait à 1814 ? À l’époque, il s’agissait d’une image plutôt rare car la nudité, alors fréquente en public dans la société japonaise, avait un caractère moins érotique que quelques étoffes légères et bien (dé)placées.

En 1984, un animé (qui est au manga ce que le dessin animé est à la BD) a été réalisé mettant en scène de très jeunes filles au moment de leur première relation sexuelle. À partir de là, c’est la porte ouverte : les années 80 marquent définitivement l’arrivée du dessin animé et du manga pornographique dans le monde de l’érotisme. De Urotsukidôji : la légende du démon à Milky Gal : Cats Ai en passant par Cream Lemon, les œuvres n’en finissent plus de pulluler.

A lire aussi : Découvrir la Haute Fidélité avec un spécialiste de la Hi-Fi à Paris

Avec l’avènement d’Internet, le phénomène s’est émancipé bien au-delà des vieilles cassettes VHS qu’on insérait dans le lecteur. D’une part, la culture japonaise en général a connu un essor sans précédent : adoption du sushi comme nourriture (plus ou moins de luxe) dans tous les pays « civilisés » du monde, apparition de boutiques entièrement dédiées à la commercialisation de mangas et de produits dérivés en tous genres, culture du cosplay…

Et d’autre part, le Hentai et le Hentai manga sont devenus accessibles en ligne : le genre fait aujourd’hui l’objet d’une demande si considérable qu’il occupe un pan complet de la sphère pornographique mondiale.

Les sous-genres

Ils sont nombreux et variés. Dans de nombreux cas ils concernent les déviances sexuelles, allant des plus softs aux plus extrêmes. Voyez plutôt :

  • Le BDSM : la pratique du bondage, de la domination et du sadomasochisme
  • La scatophilie et l’urolagnie
  • Le gore et le genre « extrême » : viol, torture, meurtre, les limites n’existent plus

D’autres sous-genres, légèrement plus sains que ceux que nous venons de voir, concernent par exemple les rapports sociaux :

  • L’inceste
  • Le Shotacon et le Lolicon : c’est la variante japonaise du film porno mettant en scène une personne jeune et une personne plus âgée
  • La différence de statut social : un milliardaire avec une jeune secrétaire, une femme professeur avec son élève, etc…

Dans le Hentai manga, certaines caractéristiques, comme l’apparence physique du personnage, comptent pour beaucoup. Et notamment, les seins surdimensionnés ont énormément de succès. Il en va de même des formes généreuses en général, mais aussi de certaines particularités liées à la femme, comme le fait d’être enceinte ou d’avoir des montées de lait…

En somme, le Hentai manga donne à voir de nombreux sous-genre divers et variés, souvent liés au domaine du fantastique, de l’imaginaire. On dit bien que le fantasme c’est désirer quelque chose qu’il est improbable ou impossible d’obtenir. Avec le fantastique, c’est exactement le cas ! Peut-être est-ce la raison pour laquelle le genre connait un tel succès…

Partager :