La rhinite allergique

36
Partager :
rhinite - jesuisallergique

La rhinite allergique est une maladie que l’on qualifie de bénigne secondaire. Elle se caractérise par une hypersensibilisation à un allergène qui peut être les acariens, le pollen ou toute autre substance étrangère. Bien qu’elle soit sans gravité, cette affection médicale représente un désagrément au quotidien pour le patient d’où la nécessité d’en connaître plus là-dessus dans le but de trouver remède à ce mal.

Les symptômes

La maladie se manifeste généralement par des éternuements continus, intenses et en salves, ainsi que des écoulements nasals abondants. Le patient peut aussi présenter une obstruction complète et bilatérale du nez. Ce dernier est d’ailleurs sujet à des démangeaisons que l’on associe à une conjonctivite avec prurit oculaire, larmoiement et gêne sous les paupières. Des migraines et des névralgies peuvent subvenir, ainsi qu’une sensation de tension au niveau des sinus. La rhinite surgie souvent au printemps où les pollens abondent dans l’atmosphère.

La consultation

Lorsque la rhinite sévit, il est essentiel de consulter un ORL. Il se charge d’examiner les fosses nasales pour détecter l’affection et agir en conséquence. Normalement, une radiographie des sinus est ensuite effectuée dans le but d’avoir un aperçu de l’état des sinus. D’autres examens peuvent aussi être effectués, à l’exemple du dosage des IgE qui, en cas de taux élevé, peut évoquer une allergie. Comme examens spécifiques, enfin, on retrouve les tests cutanés et le dosage des IgE spécifiques.

Le traitement

Prévenir la rhinite est essentiel pour limiter au mieux les symptômes. Cela consiste à éviter les allergènes même si cela peut être difficile, voire quasi impossible dans certains cas. Les fleurs, les arbres, ou encore les pelouses sont par exemple inévitables ; pour les acariens, l’éviction est possible en veillant à bien aérer les pièces,   en aspirant fréquemment, ou encore en optant pour une literie synthétique. Si les symptômes apparaissent quand même, il faut un traitement médical adapté. On peut alors opter pour des soins locaux en usant des décongestionnants pour le nez, des antiallergiques comme le prurit ou des vasoconstricteurs en collyre pour lutter contre les larmoiements. Il existe aussi des traitements oraux à l’exemple des antihistaminiques H1. La désensibilisation intervient une fois que les allergènes causant le mal sont déterminés. Quant à la crénothérapie ou thermalisme, elle est conseillée en cas de surinfection fréquente de la rhinite.

Partager :