Qui sont les Européens les plus heureux ?

bonheurA l’occasion de la journée du bonheur qui s’est déroulée le vendredi 20 mars, l’Office européen des statistiques a dévoilé une étude qui classe les pays européens selon leur niveau moyen de bonheur. On y découvre ainsi que ce niveau moyen se situe à 7,1/10 en Europe et que les Français se classent au centre de celui-ci avec un niveau de bonheur de 7/10.

Eurostat a récemment publié un rapport qui cherche à connaitre le niveau de bonheur des différentes populations européennes. Ce rapport indique que le niveau moyen de bonheur des Européens se situe à 7,1/10 mais on note tout de même des disparités assez importantes selon les régions.

Les pays du nord de l’Europe particulièrement heureux

Si la note moyenne des résidents de l’Union européenne est plutôt positive, on remarque en lisant le rapport que ce sont essentiellement les pays du nord de l’Europe qui tirent cette moyenne vers le haut. En effet, le Danemark, la Finlande et la Suède proposent des moyennes de 8/10. Ces pays sont suivis des Pays-Bas (7,8/10), de l’Autriche (7,8/10), de la Belgique (7,6/10) et du Luxembourg (7,5/10).

A l’autre bout du classement, on trouve plusieurs pays dont le niveau de bonheur est particulièrement bas. C’est notamment le cas de la Bulgarie (4,8/10) et de la Serbie (4,9/10).

Le reste des pays étudiés se trouvent dans une fourchette de 6,2/10 à 7,4/10, ce qui démontre que les populations européennes sont plutôt satisfaites de leur niveau de bonheur.

Les jeunes plus heureux que les personnes âgées ?

Le rapport d’Eurostat a également mis en évidence les différences de degré de bonheur en fonction des tranches d’âge. Et si les différences ne sont pas particulièrement grandes entre les groupes, les jeunes semblent tout de même davantage heureux que leurs aînés. En effet, le groupe 16-24 ans indique un niveau de bonheur de 7,6/10 alors que les plus de 75 ans situent leur bonheur à 6,8/10.

Conclusion

Si ces chiffres sont plutôt positifs concernant le niveau de bonheur des Européens, il ne faut pas perdre de vue qu’une précédente étude de l’Organisation de la Coopération et de Développement Economique indiquait que 20% de la population active au sein de l’OCDE était touchée par des problèmes de santé mentale “faibles ou modérés”.

Un chiffre inquiétant qui doit pousser les structures dirigeantes à réfléchir à ce problème de santé et à effectuer un travail de détection en amont avec l’aide de psychologues spécialisés.