Iran : la révolution touristique en marche !

482
Partager :

Sous la houlette de Hassan Rohani, l’Iran offre un nouveau visage plus que séduisant qui promet de relancer complètement le secteur du tourisme. Plus de 35 ans après la révolution islamique qui a fermé le pays au monde, l’Iran semble être sur la bonne voie pour accueillir à nouveau des flots de touristes. Cet optimisme s’explique notamment avec la fin des sanctions internationales suite à la signature de l’accord sur le nucléaire. Alors que moins de 2% de la population active iranienne jouait un rôle actif dans le tourisme il y a seulement dix ans, le pays propose aujourd’hui un potentiel touristique exceptionnel.

2013, l’année du déclic pour le tourisme en Iran

L’arrivée au pouvoir du réformateur Rohani va créer une véritable explosion du nombre de touristes avec une progression de plus de 42% par rapport à 2011. L’année 2013 constitue alors un véritable tournant pour l’Iran en enregistrant plus de 4.769.000 touristes même si cette manne provient essentiellement de l’Asie. En effet, Américains et Européens ne représentaient encore qu’une minorité, à l’image des quelques 4000 Français par an qui ont tenté l’aventure.

A découvrir également : Oenotourisme : une nouvelle sorte de tourisme

Le boom annoncé du tourisme par Téhéran

Si les estimations officielles restent assez utopiques en espérant franchir le cap des 20 millions de touristes par an d’ici 2025, elles traduisent bien le véritable engouement pour le tourisme à l’image du ministre Iranien du tourisme qui voit déjà un « tsunami de touristes » inonder le pays. Plus réaliste, le World Travel and Tourism Council (WTTC) table plutôt sur le dépassement des 5 millions de touristes par an d’ici quelques années.

En tout cas, la liaison assurée par Air France entre Paris et Téhéran 3 fois par semaine ou encore les circuits en Iran proposés par une quinzaine de tour-opérateurs en France tout comme l’implantation de plusieurs grands groupes hôteliers comme Accor Hotels sont des signes prometteurs pour la destination.

A lire en complément : Voyage vers les provinces de l’Ouest du Canada

Le gouvernement sur le pied de guerre pour booster le secteur touristique

Pour se donner les moyens de ses ambitions, l’Iran a fait de la modernisation des infrastructures touristiques une de ses priorités à l’instar de l’amélioration des réseaux de transport ou encore l’augmentation de la capacité d’hébergement du pays. En effet, avec seulement 200.000 places-lits répertoriés en 2012, l’Iran n’est absolument pas encore en mesure de faire face à un afflux touristique majeur. Les autorités doivent également se pencher sur d’autres points essentiels du tourisme à l’instar des procédures trop longues et compliquées pour l’obtention d’un simple visa ou encore l’impossibilité d’utiliser les cartes de crédits internationales.

Alors que beaucoup voit déjà l’Iran comme une alternative aux pays du Moyen-Orient, Richard Vainopoulos – Président fondateur du réseau d’agences de voyages TourCom – estime qu’il n’y a pas lieu de s’emballer. Il pense notamment que l’Iran constituera encore pour un bon moment une destination dédiée exclusivement au tourisme culturel. En effet, les barrières religieuses comme le port du voile obligatoire pour les femmes ou l’interdiction de boire des boissons alcoolisées empêcheront encore le développement des autres formes de tourisme plus lucratives comme le tourisme balnéaire.

Partager :