Rhumatismes et activités physiques : objectifs et recommandations

15
Partager :

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’activité physique ne porte en rien préjudice aux patients souffrant de rhumatismes. Bien au contraire d’ailleurs… elle est fortement recommandée. On dit d’ailleurs qu’une activité hebdomadaire de 2 heures et demie contribuerait à réduire fortement le taux de mortalité, soit de 22 à 35 %.

L’intérêt systémique de l’activité physique

D’une manière générale, l’activité physique est toujours bénéfique pour la santé de l’homme. Dans le domaine de la rhumatologie également, elle peut même contribuer à une amélioration modeste sur la fonction, la douleur, la raideur, ainsi que la force musculaire. Assurez-vous toutefois que les activités physiques que vous allez pratiquer soient bien adaptées à vos capacités en tant que rhumatisant. Pensez aussi à vous faire encadrer par des personnels de la culture physique. Que vous souffriez de rhumatismes inflammatoires, de polyarthrite rhumatoïde, de spondylarthrite, ou autre… une activité physique adaptée et encadrée vous sera toujours bénéfique.

La volonté et la détermination seront également indispensables pour réussir ses performances physiques. Les individus souffrant de rhumatismes (qu’ils soient dégénératifs ou inflammatoires) ont tendance à se lasser et à se fatiguer facilement. Il leur faudra une bonne dose de motivation pour perdurer dans les activités physiques. En principe, le simple fait de savoir qu’elles peuvent aider à faire baisser le taux de mortalité jusqu’à 35 % devrait réellement suffire. La personne chargée de vous encadrer peut aussi vous motiver lorsque le besoin se présentera. Songez à bien la choisir.

Les recommandations de l’EULAR

L’EULAR encourage l’activité physique des personnes atteintes de maladies rhumatismales et musculo-squelettiques, mais aussi pour la population de façon générale. L’activité physique devrait d’ailleurs faire partie intégrante des soins habituels. Grâce à plusieurs études menées par l’EULAR, on découvre que les exercices cardiovasculaires avaient en réalité un effet bénéfique modéré sur la santé cardiovasculaire, que les exercices de force musculaire présentaient aussi un effet bénéfique modéré sur la force musculaire et que les exercices combinés n’avaient aucun effet sur la souplesse chez les personnes atteintes d’arthrose des membres.

D’une manière générale, l’activité physique présente donc un effet positif sur les individus souffrant de rhumatismes. Peu importe le stade de la personne, le renforcement musculaire est toujours recommandé. Il est également possible que la balnéothérapie soit proposée en complément de techniques actives de kinésithérapie, surtout lorsque ces techniques doivent être réalisées en décharge.

Partager :