Tout sur le financement participatif dans l’immobilier

19
Partager :

Concept actuellement très populaire auprès des Français dont l’investissement immobilier est le placement préféré, le financement participatif dans l’immobilier appelé plus communément crowdfunding immobilier présente des avantages très attractifs à l’instar de sa rentabilité. Cependant, il est important de garder à l’esprit que comme toute opération immobilière, il présente aussi des risques. Zoom sur le crowdfunding immobilier.

Les principes et les avantages du crowdfunding immobilier

Le financement participatif dans l’immobilier ou crowdfunding immobilier est un concept qui consiste à faire appel à des fonds relativement modestes (à partir de 1 000 €) du grand public au lieu de rechercher des financements conséquents auprès de quelques investisseurs. Le but étant de financer partiellement ou en totalité un projet immobilier grâce à des campagnes menées en ligne. Pour séduire les investisseurs, les opérateurs immobiliers usent d’objets publicitaires tels que les clés USB promotionnelles proposées sur ce site.  Ce système attire un nombre grandissant d’adeptes, car il permet de démocratiser l’investissement immobilier qui n’était jusque-là accessible qu’à une minorité d’institutionnels et de personnes fortunées.

Outre la simplicité du processus de fonctionnement, le crowdfunding immobilier présente de nombreux avantages dont notamment sa performance élevée en termes de rentabilité. En effet, selon le risque et la durée du projet immobilier, il peut générer un rendement allant de 5 % à 12 % contre un taux moyen de 2.3 % pour les fonds en euros des assurances-vie et 0.75 % pour les livrets A. De plus, c’est aussi un excellent moyen pour faire fructifier son capital et pour se constituer un patrimoine durable.

Les risques et les pièges à éviter dans le crowdfunding immobilier

Comme toute opération immobilière, le crowdfunding immobilier présente son lot de risques. Il faut savoir qu’en cas de retard de programme à cause d’un accident sur le chantier ou d’un rallongement des délais de vente, une illiquidité peut survenir. Pour limiter les risques, une certaine vigilance est à observer sur plusieurs points à savoir :

–          les compétences financières de la plateforme de crowdfunding immobilière :

seules les plateformes portant la mention IFP (Intermédiaire en Financement Participatif) ou CIP (Conseiller en Investissement Participatif) sont fiables, car elles disposent de l’agrément de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers).

–          les capacités du promoteur et particulièrement sa viabilité et son parcours (son expérience).

–          la solidité du programme.

–          la forme juridique des structures de gestion.

D’autre part, il est aussi primordial de bien définir ses motivations et ses horizons de placements avant d’investir dans une plateforme de crowdfounding immobilier. Cela permettra par ailleurs de déterminer le type de financement participatif dans l’immobilier qui convient le plus à sa situation personnelle et à ses objectifs.

Partager :