Ce qu’il faut savoir sur la cigarette électronique

30
Partager :

Dès le début, il convient tout d’abord de noter que les fumeurs de l’e-cigarette sont communément appelés « vapoteurs ». Désormais, en France, il existe environ trois millions de vapoteurs dont 1,5 million d’entre eux sont beaucoup plus dépendants ou qui fument aux quotidiens. Plusieurs fumeurs choisissent la cigarette électronique en raison de diminuer ou de cesser leur consommation de tabac. Pourtant, ce type de cigarette n’est ni un médicament ni un dispositif médical tel que les gommes à mâcher… Actuellement, le marché de l’e-cigarette a connu une forte explosion avec plus de 2000 établissements spécialisés à la vente de ce produit à travers la France.

Quels sont les composants de l’e-cigarette ?

En principe, les cigarettes électroniques sont souvent composées de trois éléments dont une batterie rechargeable, une cartouche ou un réservoir d’e-liquide, un atomiseur ou encore une diode. Pour la batterie, elle s’adapte habituellement à toutes les marques de l’e-cigarette sur les produits jetables. Concernant les cigarettes électroniques que l’on peut être réutilisé, on utilise d’une batterie basse tension rechargeable avec un câble USB ou un chargeur spécifique. La cartouche ou le réservoir se sert comme un dispositif contenant l’e-liquide. Ce dernier peut être un propylène glycol ou glycérol, des arômes, des colorants… La nicotine n’est pas forcément comprise dans ce liquide. En ce qui concerne l’atomiseur, il s’agit d’un outil chauffant permettant de transformant le liquide en brouillard reproduisant la fumée. Il est surmonté par une microvalve. D’après une étude et analyse menée par l’Agence américaine des produits aliments et médicamenteux ainsi que l’Université de Londres, approximativement de 20% des e-cigarettes testées contiennent une teneur en nicotine identique à celle indiquée.

Faut-il user de l’e-cigarette pour cesser de fumer ?

À moins que le liquide ne contienne de la nicotine, on peut dire que c’est un outil essentiel pour cesser de fumer. En effet, ce sont exclusivement les individus déjà fumeurs qui sont les plus intéressés de se tourner vers ce dispositif. Ce qui fait qu’elle ne paraît pas à encourager ces personnes à consommer le tabac. Les vapoteurs déclarent que dans la majorité des cas, cette pratique les a aidées à cesser de fumer ou à réduire leur consommation. De plus, l’e-cigarette est considéré comme moins dépendante que la cigarette conventionnelle. On constate aussi que dans certains pays comme la Grande-Bretagne, la multiplication de l’usage de la cigarette électronique est suivie d’une croissance de taux d’abandon de la cigarette et une diminution constante du nombre de fumeurs. À rappeler que le marché de l’e-cigarette continue de s’accroître particulièrement en France. Cliquez ici, pour mieux connaître les différents types de cigarettes électroniques existants sur le marché.

Partager :