Les pratiques non conventionnelles sont-elles réellement efficaces ?

5
Partager :

Les pratiques non conventionnelles font référence à des méthodes de soin qui ne nécessitent pas de preuve scientifique. Ils peuvent avoir plusieurs appellations. On peut parler de médecine douce, de médecine naturelle, de médecine alternative, de pseudo médecine, ou encore de médecine complémentaire (entre autres termes). Certaines de ces méthodes ne sont pas exclues, mais elles doivent remplir plusieurs conditions. C’est en fonction de cela qu’on peut d’ailleurs parler de leur efficacité.

Tout ce que vous devez savoir sur les pratiques non conventionnelles

Le terme « pratique conventionnelle » s’oppose au terme « conventionnelle » de par l’approche médicale, mais aussi la réglementation. Les médecines non conventionnelles sont des méthodes non prouvées. Elles ont pour but de faciliter le traitement d’un patient et de lui éviter en même temps de se retrouver avec les inconvénients des traitements classiques. Même s’il est impossible de prouver l’efficacité des pratiques non conventionnelles (en tout cas d’un point de vue scientifique), plusieurs des méthodes non prouvées ne sont pas exclues. Les médecines non conventionnelles peuvent être proposées à un malade. Mais dans ce cas, elles devront s’appliquer en plus du traitement classique.

Une pratique non conventionnelle ne peut jamais remplacer un traitement classique. De plus, la demande doit également émaner du patient. Nul ne saurait l’inciter à s’adonner à cette pratique. Sur le plan psychologique, on dit que la conviction qu’il met de son côté toutes les chances peut lui être d’une grande aide dans sa lutte.

Efficacité des médecines non conventionnelles

Il est difficile de confirmer l’efficacité des pratiques non conventionnelles. On ne peut pas toujours dire qu’untel ira forcément bien parce qu’il a suivi une formation au reiki, ou parce qu’il a eu recours à l’hippothérapie, la balnéothérapie, ou autre. Il est possible que certaines de ces pratiques présentent une efficacité sur certains symptômes. Pour d’autres, ce sera insuffisant. Il est également possible que certaines pratiques aient des effets nocifs sur le corps humain, alors que d’autres ne comportent aucun risque. Dans tous les cas, il convient de bien se renseigner au préalable.

Le fait de s’adonner à une pratique non conventionnelle suppose que le terme médecine sera à proscrire. Si vous ne tenez pas à vous retrouver dans des situations désagréables, au point d’empirer votre cas, pensez à recueillir un maximum d’infos sur la pratique. Si par contre, c’est bien votre médecin qui vous l’a recommandé, vous n’avez pas de souci à vous faire.

Partager :