Vers une ubérisation du recrutement?

52
Partager :
Vers une ubérisation du recrutement?

Les cabinets de recrutement ont-ils encore une véritable raison d’être ? Sont-ils capables de survivre à leurs concurrents numériques (sites web spécialisés, LinkedIn et aujourd’hui Facebook) ? Va-t-on vers une ubérisation de la sphère du recrutement ? Les agences sont-elles amenées, l’une après l’autre, à mettre la clé sous la porte ? Apportent-elles encore une réelle plus-value ? En 2017, la question se pose. Tentons d’y répondre…

Vers une ubérisation du recrutement?

A découvrir également : Qu’est-ce qu’un Kbis et à quoi sert-il ?

L’ère du numérique

Les métiers de contact, face à un monde désormais profondément ancré dans le numérique, sont dans l’obligation de s’adapter s’ils ne veulent périr. L’activité de recrutement n’échappe malheureusement pas à la règle.

Le secteur, conscient du phénomène, a donc choisi il y a quelques années déjà, de transposer une partie de son activité sur la toile. Raison pour laquelle les différentes offres d’emploi sont dorénavant consultables sur le web. Cette mesure, prise à juste titre, est-elle suffisante?

A lire en complément : Comment optimiser votre site web sur Google ?

LinkedIn, le célèbre réseau social professionnel, a-t-il contribué à affaiblir davantage encore ce marché déjà en difficulté? La dernière annonce faite par Facebook ne devrait pas arranger les affaires du secteur…

Le réseau social de Mark Zuckerberg a en effet expliqué sa volonté de se mettre au service de l’emploi. Une nouvelle fonctionnalité (d’ores et déjà d’actualité aux États-Unis et aux Canada, à venir chez nous) facilitera la connexion entre employeur en demande et chercheurs d’emploi. Quid, donc, du passage en agence? Est-il voué à disparaître? Pas si sûr…

Face à face et plus-value

Certes, internet en général et les réseaux sociaux en particulier ont l’avantage d’être accessibles à tout moment et de manière instantanée. La recherche d’un emploi ou d’un employé y est donc supposément plus rapide, plus simple. Il convient toutefois de rappeler que, lorsqu’il est question de jauger des aptitudes ou une compatibilité, rien ne vaut le contact.

N’importe qui peut désormais écrire n’importe quoi le concernant. Vous et moi pouvons, si nous le souhaitons, nous prétendre astronaute, médecin, trilingue ou particulièrement doué en informatique sans que cela ne soit vrai. Certaines vérités n’éclatent malheureusement qu’une fois le travail de terrain débuté, induisant une perte de temps et d’argent pour l’entreprise.

Les cabinets de recrutement sont formées à déjouer les petits mensonges et autres vérités édulcorées. Ils savent, en un clin d’œil, jauger un candidat ou évaluer les besoins d’un patron. Ils savent associer l’un et l’autre au premier regard. Chose que la technologie ne parvient pas encore à réaliser.

Si les outils technologies ont le mérite d’exister, dans le secteur qui nous occupe ici, l’adage “chacun son métier” prévaut.

Partager :