Créer de toute pièce des spermatozoïdes?

266
Partager :
Créer de toute pièce des spermatozoïdes?

Nombreux sont les couples qui font face à des problèmes d’infertilité. Environ 5 à 10% d’entre-eux rencontreront d’ailleurs, au cours de leur existence, des problèmes en la matière. Contrairement à ce que l’imaginaire collectif tend à penser, l’infertilité n’est pas uniquement imputable aux femmes. En réalité, l’infertilité masculine représente 20% des cas, contre 33% pour l’infertilité féminine (dans 39% des cas, il existe un problème chez les deux membres du couple). La science ne cesse néanmoins de progresser et de nombreuses avancées ont récemment été faites dans le domaine de l’infertilité, tant féminine que masculine. Attardons-nous à la dernière en date. 

Créer de toute pièce des spermatozoïdes?

A voir aussi : Sylvain Renard, communiquer par la photographie différemment

L’azoospermie: définition

En règle générale, même lorsque la quantité en spermatozoïdes est faible ou lorsqu’il existe un pourcentage élevé de spermatozoïdes mal formés, il demeure toujours un espoir de parvenir à procréer. Il ne suffit en effet que d’un seul d’entre-eux pour donner naissance à un beau bébé. Néanmoins, lorsqu’il n’en existe pas même un, la situation est différente. On parle alors d’azoospermie.

Le terme azoospermie définit l’absence totale et complète de spermatozoïde. Il est donc impossible pour les hommes atteints d’azoospermie de concevoir un enfant. Quoi que… c’était sans compter les incroyables progrès de la science! Si l’azoospermie ne touche qu’un seul et unique pourcent de la population masculine, cela représente néanmoins une quantité impressionnante d’hommes. Hommes désireux, pour certains, d’avoir un enfant.

Lire également : Vitamine D3 : 3 raisons étonnantes d’en prendre

Le progrès en marche…

Le Professeur Shinya Yamanaka, médecin et chercheur japonais, pourrait bien renverser la vapeur… Ce dernier est parvenu à créer des gamètes à partir d’autres cellules de l’organisme. La technique employée consiste à prélever une cellule de peau, cellule qui sera par la suite reprogrammée en cellule souche dite pluripotente induite et qui sera donc capable de se différencier en n’importe quelle cellule spécialisée. Cette reprogrammation cellulaire a valut à Shinya Yamakana ni plus ni moins que le prix Nobel!

Des chercheurs espagnols issus de l’Institut de Valence, en collaboration avec l’Université de Stanford, ont récemment tenté de mettre en pratique cette technique. Ils ont donc prélevé une cellule à une souris, cellule qui, après un mois, s’est transformée en cellule germinale. Le spermatozoïde avait malheureusement encore besoin d’une période pour développer la capacité de fécondation. Une expérience somme toute encourageante! D’après Carlos Simons, le chercheur à l’origine de cette étude, il est certain que nous parviendront à cette prouesse un jour.

Le moindre petit pas en avant, la moindre expérience peut parfois changer des millions de vie. Voyons donc ce que l’avenir nous réserve…

Partager :