Zoom sur la langue des signes

90
Partager :
ZOOM SUR LA LANGUE DES SIGNES

Bien qu’elle ait existé avant même le langage oral, nos connaissances sur la langue des signes sont souvent très limitées. Apprenons-en davantage… 

ZOOM SUR LA LANGUE DES SIGNES

Lire également : Achat poste à souder : ce que vous avez besoin de savoir

La langue des signes, qu’est-ce que c’est ?

La langue des signes est une langue qualifiée de gestuelle. Elle est majoritairement utilisée par les personnes atteintes de surdité ainsi que par leur entourage. Elle est produite par le mouvement des mains, du visage, et, de manière plus large, du corps. La langue des signes repose sur la dactylologie. Également appelée alphabet manuel ou alphabet digital, l’alphabet dactylologique sert à représenter les lettres de notre alphabet mais permet également de désigner des mots dans leur entièreté. La langue des signer permet de s’exprimer de manière aussi précise qu’au travers du langage oral.

Le langage des signes, une langue universelle ?

Contrairement à ce que l’on croit souvent, la langue des signes n’est pas universelle. Cependant, les structures syntaxiques de ces différents langages étant assez proches, quelques adaptations suffisent à se faire comprendre à travers le monde.

A lire aussi : Equipez votre voiture de pièce de carrosserie avant l'été.

Bref historique de la langue des signes

Comme dit précédemment, la langue des signes est aussi vieille que l’histoire de l’humanité. De tout temps, les personnes sourdes ont cherché à communiquer grâce à leur gestuelle. Le premier document connu abordant le sujet date du 4ème siècle avant Jésus-Christ. Il s’agit de Cratyle, un ouvrage de Platon, où Socrate dit ceci : « Si nous étions privés de langue et de voix, et que nous voulussions nous désigner mutuellement les choses, ne chercherions-nous pas à nous faire comprendre, comme les muets, au moyen des signes de la main, de la tête et de tout le corps ? »

Néanmoins, à cette époque, les sourds étaient mis à l’écart de la société et étaient assimilés à des simples d’esprit. Aristote pensait d’ailleurs qu’une personne ne pouvant parler, ne pouvait pas penser.

Il aura fallu attendre le 16ème siècle pour que le langage des signes redore son blason par l’intermédiaire de peintres sourds tels que Navarette et Pinturicchio.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, chez nous, il aura fallu attendre le 21 octobre 2003 pour que la langue des signes de Belgique francophone soit reconnue par la loi.

Aujourd’hui, de nombreuses ASBL et associations militent et œuvrent dans le but de répandre, de faire connaître et de diffuser plus largement ce type de langage.

Anecdote

Il est amusant de noter que, à la manière d’un droitier se servant de sa main droite pour écrire, un droitier « signera » également par le biais de cette même main et inversement, exception faite du langage des signes britannique qui s’effectue avec les deux mains.

Source: Sfx.be

Partager :