Moins gaspiller et consommer moins de viande pour nourrir la terre en 2050

15
Partager :

Si le mode de vie que l’on mène actuellement paraît sans conséquence, dans quelques années on sera rapidement convaincu du contraire. En réalité, nous sommes en train de détruire la planète sans nous en rendre compte. Une étude parue ce mercredi a permis de découvrir que pour relever le défi de nourrir 10 milliards de personnes en 2050, il va falloir lutter contre le gaspillage alimentaire, mais aussi réduire la consommation de viande, gagner en productivité agricole, tout en veillant à produire moins de gaz à effet de serre.

Consommer moins de viande et réduire le gaspillage

La façon dont les humains se comportent actuellement aura (à coup sûr) des répercussions sur les générations futures. Pour que ces dernières puissent être bien nourries, sans avoir à aggraver la pauvreté, encore moins les ravages sur l’environnement, il va falloir surveiller son attitude et son régime alimentaire. En effet, si le fait de se rendre à la boucherie à Aubagne pour se faire des plats succulents reste toujours tentant, il faudrait également penser à limiter sa consommation en viande. Bien sûr, vous pourrez toujours vous procurer de la chair comestible à la boucherie à Aubagne, mais il apparaît indispensable de consommer moins de viande de ruminants. Les pertes et les déchets alimentaires devront également être réduits si l’on veut nourrir la population mondiale dans 30 ans.

Quels sont les bons gestes à adopter ?

En tant que citoyen et être humain, il est de votre devoir de vous inquiéter de l’état de la planète dans quelques années. Le seul moyen d’assurer une bonne alimentation aux générations futures, c’est d’apporter votre pierre à l’édifice. Si chacun s’y met, le monde se portera mieux en 2050. Pour cela, il faut penser à augmenter la production de poisson en améliorant l’aquaculture et en gérant mieux la pêche sauvage. Il faudra également veiller à ce que la productivité des cultures et du bétail puisse atteindre des niveaux supérieurs aux niveaux historiques, tout en prenant soin de se servir de la même superficie. C’est seulement ainsi que l’on pourra stopper la déforestation et restaurer les tourbières et les terres dégradées.

La demande alimentaire devrait augmenter de plus de 50 % en 2050, alors que pour la demande d’origine animale, on s’attend à ce qu’elle dépasse les 70 %. Vous pouvez donc continuer à vous rendre à la boucherie à Aubagne, mais n’oubliez pas de limiter la consommation de viande au profit du poisson.

Partager :